POEME ROMÂNESTI ÎN LIMBI STRAINE

   

Alexandru LUNGU

 

Nadir

 

le vers ant du temps en nadir descende

où souffle légèrement un exil rouillé

glissements actuels

soupirs d'autrefois

et tant de merveilles qui jamais n'en étaient

n'incisant sur le front qu'un signe d'attente

 

le temps languit en paresseux tortis

ni basse étoile ni signe tardif ne montre

dans l'horizon pas favorable rétréci

des oiseaux abstraits demeurés en trois pieds

voyagent vers n'importe où et n'importe quand

 

Au delà des craintes

 

encore plus de temps pressente

des passages vers un autre pays

des sons minces glissent sur les os

et à l'horizon demeurent les oublies

 

du fond des instants profonds

des ombres tâchent se faufiler

par des quais ouverts entre rochers

vers l'eau qui n'est jamais stagnante

 

sur les tortis des nuages blanchâtres

au delà des craintes et des pleurs

dans les fantômes mystérieux et âpres

on voit des ailes des séraphims

 

quand est-ce que mon instant sera

où la plume d'un ail d'ange

aux pieds mettant de légers pas

déclanche la route de ma trace  ?

 

 

De chanson

 

pas de méchantes fées bruissants

environs passent aux carrefour

la nuit vers l'aubes du jour

répandant des frissones en fleurs

pour le temps qui s'en va

 

l'étoile brulé apporte des signes

pour le temps qui vient

serpantant en devinettes

des lumières et des sanglottes

pas de méchantes fées bruissants

pour calmer les solitudes.

(Du volum : Cerneala si sângele , Bonn, Ed. Argo, 2002)

En français : Coca SOROCEANU

   

Home